Surface privative d’un bien immobilier à l’achat : c’est quoi ? (définition, exemple…)

Lorsque vous vous apprêtez à investir dans un bien immobilier, il est essentiel de bien comprendre la notion de « surface privative. » Pourquoi, me direz-vous ? Parce que la surface privative d’une propriété peut avoir un impact significatif sur votre investissement. Dans cet article, nous allons plonger dans les profondeurs de ce concept pour vous donner toutes les informations nécessaires avant de faire un achat immobilier.

Qu’est-ce que la Surface Privative à l’achat (définition)?


La surface privative d’un bien immobilier, en termes simples, est la superficie de l’espace qui vous appartient en tant que propriétaire. Il s’agit de l’espace que vous pouvez utiliser exclusivement à votre guise. Cela comprend les pièces telles que le salon, la cuisine, les chambres à coucher, et éventuellement le garage ou le jardin, si ceux-ci sont inclus dans la vente. La surface privative est essentielle pour déterminer la valeur de la propriété, mais elle a également des implications légales en France.

La Loi Carrez et ses Implications pour défiscaliser


En France, la loi Carrez oblige le vendeur d’un bien immobilier à mesurer avec précision la surface privative et à la mentionner dans le contrat de vente. Cette loi a pour but de protéger les acheteurs en leur fournissant une information précise sur la superficie réelle de la propriété. Ainsi, en tant qu’acheteur, vous avez la garantie de ne pas payer pour une surface fictive. Cela dit, il est essentiel de comprendre que la loi Carrez ne prend pas en compte les espaces non habitables, comme les murs, les escaliers, les gaines, les caves, ou les balcons. Ces zones ne sont pas incluses dans le calcul de la surface privative. Par conséquent, si vous souhaitez acquérir une propriété en France, assurez-vous de bien comprendre les termes de la loi Carrez et de vérifier la superficie mentionnée dans le contrat de vente.

Comment Vérifier la Surface Privative de son logement lors de son achat (exemple) ?


Maintenant que vous comprenez l’importance de la surface privative, comment pouvez-vous la vérifier lors de l’achat d’une propriété ? Voici quelques étapes à suivre :

  1. Demandez au vendeur : Tout d’abord, demandez au vendeur de vous fournir le mesurage de la surface privative tel que défini par la loi Carrez. Assurez-vous que cette information est incluse dans le contrat de vente.
  2. Faites appel à un expert tel que Immopremium: Si vous avez des doutes ou si vous voulez une confirmation indépendante, engagez un expert en immobilier ou un géomètre pour mesurer la surface privative.
  3. Consultez les documents officiels : Vous pouvez également vérifier la surface privative dans les documents administratifs de la copropriété ou dans le cadastre.

L’Impact de la Surface Privative sur la Valeur Immobilière


La surface privative a un impact direct sur la valeur d’une propriété. Plus la surface est grande, plus la valeur de la propriété est élevée. Cependant, il est important de noter que la localisation et l’état général de la propriété jouent également un rôle clé dans la détermination de sa valeur. Lorsque vous achetez une maison ou un appartement, gardez à l’esprit que la surface privative peut influencer la revente future. Une grande surface privative peut attirer un plus grand nombre d’acheteurs potentiels, ce qui peut faciliter la vente de la propriété à un prix compétitif.

Comment calculer la surface privative de son logement ?

Calculer la surface privative de votre logement est essentiel pour déterminer sa superficie réelle, en particulier si vous envisagez de vendre, acheter, ou louer une propriété. En France, le calcul de la surface privative se fait conformément à la loi Carrez, qui établit des règles spécifiques pour garantir la précision de la mesure. Voici comment procéder :

  1. Mesurez la surface habitable : La première étape consiste à mesurer la surface habitable de votre logement. La surface habitable est définie comme la superficie des planchers des pièces, à l’exception des murs, cloisons, escaliers, gaines, embrasures de portes et de fenêtres.
  2. Excluez les espaces non habitables : Conformément à la loi Carrez, excluez les espaces non habitables de la mesure. Cela inclut les murs, cloisons, escaliers, gaines, caves, balcons, terrasses, et locaux communs de la copropriété.
  3. Prenez en compte les hauteurs sous plafond : La loi Carrez exige que la hauteur sous plafond soit d’au moins 1,80 mètre pour qu’une pièce puisse être incluse dans la surface privative. Si la hauteur est inférieure, cette zone doit être exclue.
  4. Calculez la superficie totale : Additionnez la superficie de toutes les pièces habitables (salon, chambres, cuisine, etc.) en mètres carrés. Cela vous donnera la superficie totale de la surface privative.
  5. Vérifiez la précision de la mesure : Il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel, comme un géomètre, pour mesurer la surface privative de manière précise et en conformité avec la loi Carrez. Cela évite les erreurs de mesure qui pourraient causer des problèmes lors de la vente de la propriété.
  6. Fournissez un certificat de superficie privative : Une fois que la mesure est effectuée, le vendeur doit inclure la superficie privative dans le contrat de vente, accompagnée d’un certificat de superficie privative. Ce document est essentiel pour garantir la transparence dans la transaction immobilière.


En résumé, le calcul de la surface privative de votre logement se base sur la loi Carrez en France. Il est crucial de comprendre les règles et de mesurer avec précision la surface habitable tout en excluant les espaces non habitables. Pour une mesure précise et fiable, il est recommandé de faire appel à un professionnel qualifié. Une fois que vous avez obtenu la superficie privative, assurez-vous de la mentionner correctement dans le contrat de vente ou de location pour éviter tout litige futur.

Surface privative et surface habitable : quelle différence ?

La différence entre la surface privative et la surface habitable est essentielle à comprendre lorsque vous traitez de biens immobiliers en France, car ces deux termes sont régis par des règles légales distinctes, en particulier par la loi Carrez. Voici ce que vous devez savoir :
Surface Privative :

  1. Définition : La surface privative d’un bien immobilier désigne la superficie de l’espace qui vous appartient en tant que propriétaire. Cela inclut les pièces telles que le salon, les chambres, la cuisine, et éventuellement le garage ou le jardin, si ces derniers sont inclus dans la vente.
  2. Règles de Mesure : La mesure de la surface privative est soumise à des règles strictes définies par la loi Carrez en France. Les espaces exclus du calcul de la surface privative comprennent les murs, cloisons, escaliers, gaines, caves, balcons, et locaux communs de la copropriété.
  3. Usage : La surface privative est principalement utilisée pour déterminer la valeur de la propriété et pour garantir que l’acheteur ne paie pas pour une superficie fictive. Elle est un facteur clé dans le processus de vente d’une propriété.


Surface Habitable :

  1. Définition : La surface habitable d’une propriété est la superficie des pièces de vie réellement utilisables. Elle comprend les pièces où vous pouvez vivre au quotidien, telles que le salon, les chambres, la cuisine, et les salles de bains.
  2. Règles de Mesure : Contrairement à la surface privative, il n’y a pas de règles légales spécifiques pour mesurer la surface habitable en France. Cependant, elle exclut généralement les espaces non habitables, comme les greniers, caves, garages, balcons, terrasses, et les locaux techniques.
  3. Usage : La surface habitable est plus axée sur le confort de vie des occupants et n’a pas de lien direct avec la valeur de la propriété. Elle est souvent utilisée pour déterminer la taille des pièces et le confort des résidents.

En résumé, la surface privative se concentre sur la superficie de la propriété que vous possédez en tant que propriétaire, tandis que la surface habitable se concentre sur la superficie des pièces où vous vivez au quotidien. La surface privative est une mesure légale définie par la loi Carrez, tandis que la surface habitable est plus orientée vers le confort des occupants. Il est important de faire la distinction entre ces deux mesures lors de la vente, de l’achat ou de la location d’un bien immobilier en France pour éviter des malentendus et des litiges.

Que faut-il retenir sur de la surface privative d’un bien immobilier à l’achat ?


En résumé, la surface privative est un élément essentiel à prendre en compte lors de l’achat d’un bien immobilier en France. Comprendre la loi Carrez, vérifier la surface privative, et reconnaître son impact sur la valeur immobilière sont des étapes cruciales pour faire un investissement éclairé. N’oubliez pas que chaque mètre carré compte lorsque vous investissez dans la propriété de vos rêves. Prenez le temps de bien comprendre la surface privative de votre future propriété, car cela peut faire la différence entre une décision d’achat réussie et des regrets à long terme. Investissez judicieusement, et votre achat immobilier sera une source de satisfaction et de tranquillité d’esprit pour les années à venir.

ConceptDéfinitionImplications
Surface PrivativeLa superficie exclusive de l’espace d’une propriété.Impact sur la valeur, législation (loi Carrez).
Surface HabitaleSuperficie des pièces de vie utilisables au quotidien.Confort des occupants, pas de règles de mesure spécifiques.